Né sans jambes, Andrew Nelson cultive, grimpe aux arbres, fait des meubles et « n’aime pas la pitié des gens »

Simon est un quartier de la commune de Clarendon, située au Sud de la Jamaïque à mi-chemin entre l’Est et l’Ouest du pays. C’est dans ce paysage rural que l’équipe de The Jamaica Gleaner est allée à la rencontre d’Andrew Nelson, un cultivateur hors pair. Né sans jambes, le caribéen ne souffre pas qu’on le regarde avec pitié et s’explique. Pour lui,  dès son jeune âge, le handicap a été l’occasion de montrer qu’il était déterminé à surmonter tous les obstacles qui pouvaient se dresser sur son chemin, une opportunité de prouver à tous, «qu’il peut s’en sortir» et s’organiser au mieux pour que sa vie soit la plus agréable possible.

Andrew Nelson a 42 ans.  Il a cinq ans quand il commence à travailler la terre  et, naturellement l’homme handicapé de ses jeux jambes est aujourd’hui un agriculteur bien établi dans son quartier à Simon. Dans une interview qu’il donne au quotidien The Gleaner, il n’est d’ailleurs pas avare de commentaires sur la sécheresse qui sévit dans la commune de Clarendon. Et, l’homme d’un naturel positif, s’inquiète depuis la pandémie due au coronavirus. La sécheresse a porté un sévère coup à la ferme d’Andrew Nelson et l’agriculteur regrette de ne pouvoir prétendre à « une subvention de l’État, de 10 000 $ au titre du programme d’aide Covid-19 ». « Il n’y a pas d’eau. Si vous regardez à l’intérieur du petit réservoir du Conseil municipal, vous serez malade, C’est de la boue ! Et les gens qui parlent de se laver les mains à cause de la Covid? », constate Andrew Nelson, dégouté mais pas désespéré.

«Moi, je fais toujours quelque chose. Peu importe ce que c’est, je plante, je suis toujours en train de cultiver. La terre, c’est ma passion. J’ai grandi et je continue à le faire », a-t-il déclaré à nos confrères du magazine.

Andrew Nelson est connu dans sa commune comme un homme à tout faire. Avec la force de ses deux bras et sa détermination, il a perfectionné ses compétences dans l’aménagement paysager et la fabrication de meubles. Tout cela « en observant d’autres personnes pratiquer leur métier ».

De toutes les activités et occupations d’Andrew Nelson, sa faculté à grimper les arbres qui aura définitivement convaincue l’équipe de The jamaica Gleaner, que cet homme né sans ses deux jambes «  s’attaque facilement à toutes les tâches du quotidien comme n’importe quel valide autour de lui ».

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images The jamaica Gleaner

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s