Celia Cruz : Reine de la salsa, ambassadrice de la culture cubaine – « Azucar ! » son cri, sa force !

Celia Cruz , durant six décennies, lançait son cri de bataille :  «Azucar!  à chaque spectacle et partout où elle se produisait.

Dans les années 1950, la musique cubaine était devenue populaire dans le monde entier. A la Havane, le cabaret club Tropicana, une boîte de nuit de renommée mondiale, incarnait le spectacle et le glamour. C’est dans ce cabaret que Cruz a mis en valeur son talent. Elle a joué dans des comédies musicales diverses, ce qui lui a permis de lancer sa carrière en tant qu’artiste solo.

Celia Cruz est née «Ursula Hilaria Celia Caridad Cruz Alfonso» de parents ouvriers à La Havane à Cuba. Son père, Simon Cruz, était chauffeur de chemin de fer et sa mère, Catalina Alfonza, s’occupait d’une fratrie de 14 enfants.

Ayant grandi dans le climat musical de Cuba dans les années 1930, Celia Cruz a évoluée en puisant dans différents genres musicaux. Elle a commencé à chanter sur les ondes radiophoniques dans l’émission  populaire  quotidienne de Radio Garcia-Serra. Ses premiers succès commencent en 1950, quand elle devient la chanteuse principale de l’orchestre cubain, Sonora Matancera. Celia Cruz rencontre son mari, le musicien Pedro Knight, qu’elle épouse en 1962.

Lorsque Fidel Castro arrive au pouvoir à Cuba en 1959,  Celia Cruz et son mari, et de nombreux autres musiciens, quittent l’île. Elle séjourne au Mexique, et  fait plusieurs apparitions à la télévision et au cinéma mexicains.  Une période déterminante qui contribuera à la faire connaître à l’International. Elle passera une longue partie de sa vie en exil.

En 1961, le couple déménage à New York,  où ils sont rejoints par d’autres Cubains, des Portoricains, des Dominicains. Ensemble, ils créent le son de renommé mondial connu sous le nom de «Salsa».  Puis, la «reine de la salsa» entame une relation musicale avec le célèbre chef d’orchestre Tito Puente. Ils réaliseront huit albums pour Tico Records. Elle travaille en étroite collaboration avec Fania Records dans  de 1960 à 1970. En 1974, intègre la «Fania All-Stars».

Pendant plus d’un demi-siècle, sa voix puissante et son énergie lui permettront de remporter plus de 100 prix internationaux, plusieurs disques de platine et d’or, trois Grammy, quatre prix  Grammy Latino et une étoile sur le Walk of Fame d’Hollywood. Celia Cruz a durant toute sa carrière  la musique comme une avenue pour discuter du sexisme et du racisme vécus par les Afro-Latinas. Celia Cruz est retournée à Cuba en 1990.

Le 16 juillet 2003, avec son mari, Pedro Knight, à ses côtés, Celia Cruz décède d’un cancer du cerveau à son domicile dans le New Jersey. Elle est enterrée à New York, tenant une poignée de terre cubaine.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news actus Dothy
Images Pinterest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s