« Des démons, des racistes », le fils de Mohamed Ali, n’aime pas Black Lives Matter et veut Donald Trump

Mohamed Ali Jr, 47 ans père de deux enfants, estime que son père, le légendaire boxeur, défenseur des droits civiques, serait « écoeuré » de voir défiler tous ces marcheurs américains qui protestent depuis la mort de George Floyd. Des manifestants des plus grandes villes des Etats-Unis appellent à une réforme de la police et dénonce le racisme systémique sur le sol américain, depuis que le policier Dereck Chauvin, a provoqué la mort d »un Afro-Américain à Minneapolis, le lundi 25 mai dernier.

Mohamed Ali Jr.

Ni les militants, ni les associations, encore moins les démocrates, à part Hillary Clinton, n’ont de grâce à ses yeux. Son leader politique est Donald Trump, car dit-il dans une longue interview publiée dans le New York Post : « Je pense que Donald Trump est un bon président. Mon père l’aurait soutenu. Donald Trump est bien meilleur que Clinton et Obama. Donald Trump n’est pas raciste, il réunit tout le monde. Les démocrates, ce sont eux les racistes ».

Le fils du boxeur décédé en 2016 a qualifié le mouvement Black Lives Matter de «raciste».  Parlant au nom de son défunt père, Mohamed Ali Jr. pense que pour lui, les manifestants  « sont des démons. Toutes les vies comptent. Ce n’est pas seulement la vie des noirs qui importe, les vies blanches comptent, les vies chinoises comptent, toutes les vies comptent, la vie de tout le monde compte. Dieu aime tout le monde, il n’a jamais choisi. Tuer est mal, peu importe qui c’est».

« C’est une déclaration raciale », explique Mohamed Ali Jr. « Elle oppose les Noirs à tout le monde et déclenche des événements raciaux. Je déteste ça. »

Mohamed Ali et Martin Luther King Jr.

Le fils de Mohammad Ali (dit Mohamed Ali en français) estime enfin que son père aurait « été, aujourd’hui, du même bord politique » que lui. À la fin de sa vie, pourtant, les relations entre Mohammad Ali  et son fil Mohammad Ali Jr. étaient très distendues rapportent les tabloïds américains.

Mohamed ali et Malcom X (1964 – Daily News)

Cassius Marcellus Clay, Jr. , né à Louisville dans le Kentucky,  change son nom en Mohammad Ali à l’age de 22 ans après avoir rejoint la Nation of Islam. Dès 18 ans, le jeune homme gagne la médaille d’or des poids mi-lourd, puis The Greatest gagne de nombreux autres combats de boxe historiques. En 1999, il devient le sportif du siècle puis est décoré de la médaille présidentielle de la liberté (la plus haute distinction aux Etats-Unis). Mais derrière ce grand champion se cachait un farouche défenseur des droits civiques. Il sera surtout objecteur de conscience, refusant de participer à la guerre du Viêt Nam, car disait-il : « Aucun Viêt-cong ne m’a jamais traité de sale nègre ».

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news actus Dothy
Images Daily News/Pinterest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s