Marine Le Pen : La France est humiliée par «les vociférations de haine indigéniste» et les violences urbaines et de banlieue

« Des médailles on s’en fout, des moyens et puis c’est tout », un des nombreux slogans entendus sur l’esplanade des invalides ce mardi 16 juin 2020 où de nombreux infirmiers, médecins, soignants et personnel hospitaliers défilaient, à l’instar des 220 autres rassemblement recensés en France.

A Paris,  selon les chiffres de la police, 18 000 soignants équipés de masques, blouses et pancartes, hommes et femmes se sont donnés rendez-vous en ce début d’après midi.

Cette manifestation devait rappeler au gouvernement toutes ses promesses pour que tout personnel soignant, en première ligne durant la crise sanitaire, puisse avoir un salaire décent et exercer son métier dans de meilleures conditions. C’était un engagement d’Emmanuel Macron et du premier ministre Edouard Philippe durant le confinement. Acclamés tous les soirs du mois de mars au déconfinement en mai dernier, les soignants ont organisé ces rassemblement pour qu’on ne les oublie pas.

Seulement des individus infiltrés dans la manifestation parisienne ont provoqué des  tensions et des accrochages avec les forces de l’ordre durant de longues heures.  La manifestation interrompue par des gaz lacrymogène et des destructions de matériels a  fait réagir la présidente du  Rassemblement National.  Marine Le Pen, depuis la ville de Dijon,  a tenu une conférence de presse et réagi  sur les violences urbaines qui comme celles des banlieues préfigurent une guerre civile sur le territoire, estime la fille de Jean-Marie Le Pen.

Prenant à témoin les citoyens qui observent depuis quelques semaines différentes manifestations contre le racisme et contre les violences policières, Marine Le Pen a dénoncé «un chaos» humiliant  pour une grande partie des français et appelle à une «restauration républicaine» très rapidement. L’ancienne candidate à la présidentielle de 2017, a évoqué ses mesures pour « Un plan de reconquête des banlieues» et  «un moratoire de l’immigration »

Lors de cette conférence de presse, la présidente du rassemblement National, tout en condamnant la délinquance urbaine et en banlieue, a  révélé son plan pour cette dite « restauration républicaine» dans laquelle le communautarisme,  la violence, le trafic d’armes sont proscrits.  Tout individu condamné serait immédiatement expulsé du territoire et sa famille également, aucune indulgence pour les mineurs et, leurs proches  pénalisés seront aussitôt renvoyés du logement social, sont en substance ce que préconise la président du RN.

Extraits du discours de Marine Le Pen :

« La France est prise d’une fièvre communautariste qui révèle un mal plus profond moins sanitaire et sécuritaire qui se manifeste par des symptômes inquiétants. La France s’est réveillée dans des vociférations de haine indigéniste, de haine raciale sous couvert d’anti-racisme, cette haine communautariste anti-française. Le tout s’accompagnant de violences urbaines. Ce séparatisme républicain s’affranchit de toutes les lois et de toutes les conventions de notre pacte social : exhibitions d’armes de guerres, armes de poings, fusils à pompe ou pistoles mitrailleurs, par des malfrats éructant devant les caméras (…) Derrière ce chaos il y a l »humiliation de tout un peuple français.

«C’est toute une classe politique de droite comme de gauche qui se trouve au prise avec la réalité monstrueuse dans laquelle 30 ans d’errements idéologiques ont entraîné la France. Tout un pays se demande où l’on va? (…) Le séparatisme qu’avait évoqué le président Macron dans un moment de lucidité ne porte plus sur les valeurs de notre pacte républicain , il se manifeste désormais par une sécession territoriale armée et judiciaire qui s’affirme sans complexe. Cette situation est d’une gravité inouïe. Elle n’est pas un fait divers et doit être envisagé comme un avertissement. (…)


«J’appelle les français à regarder la vérité en face, il ne s’agit pas, comme veut le gouvernement, à s’interposer entre des communautés mais de mettre fin sans faiblesse à cette sinistre séquence… Ce qui se passe est un épisode d’un phénomène général. Le communautarisme ne s’exprime plus dans des revendications vestimentaires, alimentaires ou scolaires du quotidiens il n’adopte plus la posture de bruyantes et inconvenantes imprécations sur la prétendue illégitimité de la culture française en France. Il ne se limite plus à des appels grotesques de à repentance de la part des français . Le communautarisme ne nous sommes plus seulement de déboulonner des grands hommes de notre histoire, il n’hésite plus à s’affirmer, on le voit à Dijon et à Nice par des défilés de groupes armés agissant au vu et au su de tout le monde.

«Nous avons franchi un palier supplémentaire,  je n’hésite pas à dire un palier de trop (…) «Ce projet de remise en ordre de notre République est vital. Il s’impose de façon évidente et urgente (… ) Cette grande reconstruction à pour cadre l’état de Droit, c’est à dire l’application partout et par tous, de la loi de toute la loi. (…)

«Le premier signe donné, c’est un moratoire sur l’immigration qui indiquera à chacun que la France n’entend plus importer chez elle des pratiques des contre valeurs ou des porteurs de querelles qui lui sont totalement étrangères.

«C’est aussi un plan de conquête des territoires perdues de la République qu’il faut mettre en oeuvre :  Les réseaux mafieux doivent être démantelés, tout comme les bandes qui configurent les gangs. Les services de renseignements doivent s’implanter au cœur de ses quartiers avec des agents vivant sur place, les caméras à l’évidence ne suffisent pas. Les contrôles fiscales doivent être mises en place pour confronter les distorsions entre les revenus affichés souvent sociaux et les trains de vie hallucinant.
Les biens mal acquis doivent être saisis et cela doit devenir la règle.
Les cartes de séjour doivent être retirés, des droits d’asile doivent être annulés, des interdictions de séjour prononcés des expulsions diligentés.

«C’est le principe de tolérance zéro qui doit s’appliquer. Les familles de délinquants doivent expulsés de leur logement sociaux, les avantages sociaux qu’elles perçoivent doivent être retirés.  Le principe du casseur payeur doit être instaurer y compris pour les délinquants mineurs en engageant la responsabilité civile des parents.
Tous les étrangers impliqués dans ces affaires doivent être expulsés de France avec une interdiction absolue d’y revenir.»

«La paix à l’intérieur de notre pays, la paix pour nous, la paix pour nos enfants.
L’heure est à la mobilisation citoyenne. » sera l’une des phrases de conclusion de Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images capture d’écran C’news Actus Dothy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s