Doit-on contextualiser tous les films en lien avec l’esclavage? La question divise

L’industrie cinématographique se remet en question après les appels répétés d’Associations noires. Elles demandent de repenser le contexte historique des œuvres (films, statues, études…) et de tenir compte des causes et conséquences de ce passé pour présenter les réalisations au public en toute objectivité. Contextualiser un chef-d’oeuvre, la question divise sur les plateaux de télévision dans l’Hexagone quand aux USA, les décideurs s’activent « à changer la donne », depuis les derniers événements soulevés après la mort de George Floyd à Minneapolis.

Hattie Mac Daniel

HBO Max a provisoirement retiré Gone With the Wind (Autant en emporte le vent) de son catalogue de streaming afin d’ajouter un contexte historique au film de Victor Fleming. Un long métrage de 3h 48 mn, longtemps critiqué pour avoir romancé l’esclavage et l’époque de la guerre civile dans le sud américain.

Autant en emporte le vent  – 1939

Depuis la vague de protestations aux Etats-Unis et en Europe, suite à la mort de George Floyd à Minneapolis, des manifestants demandent le déplacement de tous les monuments glorifiant la période de la traite négrière. Aujourd’hui, le monde du cinéma est dans le viseur des associations et collectifs (#BlackLivesMatter) soucieux de rétablir la vérité sur la place réelle des Noirs depuis la traite négrière.

Show Boat – Paul Roberson et Hattie Mc Daniel – 1936

Basé sur un livre de Margaret Mitchell de 1936, « Autant en emporte le vent » est une épopée historique sur une romance entre Scarlett O’Hara (Vivien Leigh), la fille d’un propriétaire de plantation de Géorgie, et Rhett Butler (Clark Gable), un l’élégant, fringant et pragmatique héros, qui rejoint la Confédération.

Autant en emporte le vent a longtemps été dénoncé pour avoir présenté des personnages esclaves qui restent fidèles à leurs anciens propriétaires après l’abolition de l’esclavage.  Il a remporté huit Oscars, dont celui du meilleur film et de la meilleure actrice dans un second rôle pour Hattie McDaniel, la première actrice noire à être nominée ou à remporter un Oscar. Il reste le film le plus rentable dans l’industrie du cinéma hoollywoodien.

Thank You Lucky Stars – 1943

HBO Max a confirmé mardi que, le film tourné en 1939, reviendra avec une « discussion sur son contexte historique et une dénonciation » de sa représentation des Noirs et de l’esclavage. « Si nous voulons créer un avenir plus juste, équitable et inclusif, nous devons d’abord reconnaître et comprendre notre histoire », ont déclaré les responsables de la plate forme HBO.

Los Angeles Times : Le film «romance la Confédération de telle manière qu’on pourrait croire que le mouvement sécessionniste était quelque chose de plus noble que ce qu’il était : Une insurrection sanglante pour maintenir le «droit» de posséder, vendre et acheter des êtres humains. »

Hattie McDaniel reçoit son Oscar à la cérémonie des Academy Award à Los Angeles.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images HBO/Pure Clover/Black America Web

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s