La géante, Lady Abomah mesurait plus de 2m10, nounou le jour et attraction au Music Hall la nuit

Lady Abomah est née dans une famille où aucun de ses frères et sœurs, n’a jamais atteint sa taille. Son nom de scène venait d’Abomey, la capitale du Royaume du Dahomey, aujourd’hui le Bénin. Selon son manager Ella Abomah était « une princesse, une guerrière africaine mais surtout une amazone du Dahomey, l’une des vraies gardes du corps du Roi Dahomey.» Mais son histoire est bien différente.

Ella Abomah était une célébrité internationale connue sous le nom de « géante amazonienne et de géante africaine »  Au cours de ses 30 ans de carrière comme attraction au Music-Hall, Ella Abomah a fait le tour de la planète, elle a voyagé en Grande-Bretagne, en Europe, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Amérique du Sud et aussi dans la Caraïbe à Cuba. Sa carrière s’est poursuivie dans les années 1920, puis la géante africaine n’a plus fait parler d’elle. Vedette la nuit, nurse le jour, Ella Abomah mourra sans ressource et abandonnée.

Si sa légende s’est construite autour de sa biographie personnelle, les spectateurs du Music-Hall qu’elle fréquentait lors de ses tournées, la connaissaient peu. Bien qu’elle soit née en Caroline du Sud aux États-Unis, ses directeurs de spectacle affirmaient qu’elle était née au Dahomey (aujourd’hui la République du Bénin).

Ella Abomah, nounou à Londres en 1914

Son vrai nom était sans doute Ella Grigsby. Alors qu’elle était encore adolescente, Abomah a travaillé pour Elihu et Harriet Williams Russell Strong, une femme russe militante, une figure marquante des débuts du féminisme. On suppose que, comme Grigsby était le nom du propriétaire d’esclaves de ses parents, elle hésitait à l’utiliser, et a donc adopté le nom de famille de son employeur, Williams. Et Ella Williams qui préférait être appelée par son nom d’artiste Mme Abomah était connue pour être la plus grande dame  à la fin des années 1800 et au début des années 1900, comme le révèle les journaux de l’époque.

Adulte, les journaux l’annonçaient comme la femme mesurant 2,28m (7’6″) Mais d’après les photographies prises, les historiens estiment que la taille d’Ella Abomah variait entre  2,08m (6’10″) et  2,10m (6’11″).

D’après les mémoires de la «géante amazonienne», rédigés en 1915, Ella Abomah écrit :  «Je suis née près de Cross Hill dans le comté de Laurens. Pendant des années, chaque fois qu’un homme de spectacle me voyait, il voulait que je signe un contrat, mais je n’ai jamais pu me décider à quitter Columbia. Enfin, à l’automne de 1896, alors que je cuisinais pour une famille éminente de Columbia en Caroline du Sud natale, le directeur F.C. Bostock m’a fait m’inscrire à une tournée des îles britanniques en 1896». 

En tournée, pour mieux la vendre comme artiste exceptionnelle, ses managers ont revisité son histoire, mélangeant fiction et réalité. F.C. Bostock l’a renomme Mme. Abomah. 

Le monde de la nuit découvrait alors une nouvelle femme, une géante africaine qui n’était autre q’une des légendaires amazones au Dahomey. Elle était décrite comme : «L’une des Amazones du roi Dahomey, une géante qui a été amenée en Angleterre pour paraître dans des  spectacles. Sa taille est de huit pieds (2mètres), et elle est à la fois large et musclée», (lu dans un journal américain en juin 1900)

Avec le statut de géante, plus haute femme du monde, au début des années 1900, Lady Abomah a voyagé jusqu’au bout du monde.

Un article du journal britannique, London Tit-Bits du 7 septembre 1900 publiait :

Elle était autrefois l’une des garde du corps du Roi du Dahomey, dont les guerrières amazoniens ont été célèbres pour leurs prouesses … Dès la petite enfance, elle a été soumise aux épreuves et à la douleur. Sa stature augmentant hors de proportion avec les années, elle devint une favorite du monarque et dirigea son armée. Cette femme extraordinaire mesure plus de huit pieds (plus de 2 mètres de hauteur) et peut facilement supporter le poids d’un homme sur sa main tendue. La beauté sombre, ayant manifesté un fort désir de voyager, et en particulier de visiter l’Angleterre, fera sans doute bientôt une visite dans nos principales villes.

Selon Lady Abomah, elle est apparue en 1900 à Liverpool avec Reynold’s Waxworks and Exhibition. En 1901 et 1902 à l’Alhambra, Blackpool. En 1903 en tournée en Australie.  De 1904 à 1908, Ella Abomah était en tournée en Nouvelle-Zélande. En 1909 en Amérique du Sud. 1910-1911, en tournée européenne. De 1912 à 1914, en Angleterre. On la retrouve en 1917 au Dreamland à Coney Island puis à Cuba. En 1918 avec Barnum et Bailey. En 1920, elle était de nouveau à Dreamland et au World’s Museum. En 1921 elle sera de nouveau au World’s Museum de Philadelphie quand elle a annoncé qu’elle allait partir pour Paris pour un engagement de trois mois.

En août 1914, Ella Abomah a annulé toutes ses tournées européennes et  en mars 1915, la géante est retournée aux États-Unis.

Mme Abomah est décédée sans ressources, abandonnée et oubliée. 

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesThetallestwoman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s