Ann Lowe a créé et réalisé la somptueuse robe de mariée de Jackie Kennedy et signé des tenues uniques pour des grandes familles américaines

Ann Cole Lowe a consacré sa vie, sa carrière à la mode. Elle a habillé les femmes les plus aisées de la haute société américaine au milieu du XXème siècle. À l’époque, son nom était évoqué en toute discrétion alors qu’elle comptait parmi ses clientes les célèbres familles des Rockefeller et des Vanderbilts. Sa réputation dépassera les frontières de l’Amérique quand elle sera choisie pour confectionner la robe nuptiale de Jackie Kennedy. Ann Lowe femme noire américaine, assumera une vie faite de hauts et de bas qui lui fera dire (au crépuscule d’une longue carrière) que même au sommet de sa gloire, elle aura été exploitée.

La créatrice de mode Ann Cole Lowe était une des designers préférées des aristocrates de la haute société américaine, des années 1920 aux années 1960. En 1953, Janet Auchincloss, l’ex-femme du richissime agent de change, John Vernou Bouvier III (d’origine française), choisit Ann Lowe, une couturière afro-américaine pour dessiner et réaliser la robe de sa fille Jacqueline Bouvier. En juin 1942, Janet Auchincloss l’avait chargée de concevoir sa robe de mariée quand elle épousa en seconde noce, Hugh D. Auchincloss.

Et le samedi 12 septembre 1953, la réalisation la plus célèbre fut cette robe de mariée en taffetas de soie ivoire de Jacqueline Kennedy. La volumineuse robe à épaules dénudées a été fabriquée avec pas moins de cinquante mètres de «taffetas de soie ivoire avec des bandes entrelacées de plis formant le corsage et des plis similaires dans de grands motifs circulaires autour de la jupe ample.».

Ann Cole Lowe a conçu la robe nuptiale de Jacqueline Bouvier (future Première Dame des USA) et les tenues de ses demoiselles d’honneur. L’histoire raconte pourtant des préparatifs qui auraient pu finir en catastrophe pour la jeune créatrice.

10 jours, à peine, avant la cérémonie de mariage, une conduite d’eau s’est rompue dans le studio de Ann Lowe à New York et a ravagé la robe de l’ancienne First Lady ainsi que les 10 robes des demoiselles d’honneur de couleur rose. Ann Lowe a travaillé sans relâche pour recréer les 11 modèles pour les noces célébrées à l’église Sainte-Marie de Newport, dans l’État de Rhode Island, ce 12 septembre 1953. A l’époque, le fiancé John Fitzgerald Kennedy était un tout jeune sénateur du Massachussets. Il deviendra le 35ème président des Etat-Unis, sept ans plus tard, le 8 novembre 1960.

Après ce somptueux mariage, Ann Cole Lowe gardera un goût amer de cette période. Jackie Kennedy aurait mentionné (sobrement) que sa robe de mariée fut confectionnée par «une couturière de couleur». Son nom sera révélé au public lorsque la rédactrice de mode Nine Hyde écrira dans le Washington Post : «La robe a été conçue par une nègresse, Ann Lowe.»

Ann Lowe est née en 1898 à Clayton, en Alabama. Son intérêt pour la mode, la couture et le design est venu de sa mère, Janey Lowe, et de sa grand-mère, Georgia Cole, qui travaillaient toutes les deux comme couturières pour les premières familles de Montgomery et d’autres membres de la haute société. Ann Lowe a grandi en ramassant les chutes du travail de sa grand-mère et de sa mère, en les cousant sous forme de répliques, des fleurs qu’elle voyait dans les jardins. Ces inspirations florales deviendront plus tard une signature de ses créations.

La mère de Ann Lowe décède, elle est encore adolescente. À ce moment, Janey Lowe, sa mère travaillait sur quatre robes de bal pour la Première Dame d’Alabama, Elizabeth Kirkman O’Neal, femme du gouverneur démocrate d’Alabama, Emmet O’Neal. En utilisant les compétences qu’elle a apprises de sa mère et de sa grand-mère, Ann Lowe terminera les robes et dans le même temps, elle «reprendra en main les affaires de Janey Lowe». En 1912, la jeune fille épouse Lee Cohen avec qui elle a un fils, Arthur Lee. Son conjoint lui demande désormais de cesser de travailler comme couturière et la somme de rester à la maison avec sa famille. Ann Lowe se fabrique de beaux vêtements puis avec son jeune enfant, elle quitte le foyer familial.

En 1917, Ann Lowe et son fils Arthur sont à New York où elle s’est inscrite à S.T. École de design Taylor. Après avoir obtenu son diplôme en 1919, la créatrice déménage à Tampa, en Floride. L’année suivante, elle ouvre son premier Salon de robe «Annie Cohen». Le Salon qui avait comme clientèle, les membres de la haute société, gagna en réputation. Les rentrées financières restent difficiles pourtant. Et, pendant un certain temps, Ann Lowe travaille à la commission pour des magasins tels que Henri Bendel, Chez Sonia, Neiman Marcus ou Saks Fifth Avenue. C’est elle qui crée et conçoit, en 1947, la robe qu’Olivia de Havilland (Autant en emporte le vent) arborait quand elle reçoit l’Oscar de la meilleure actrice pour To Each His Own. La robe sera signée du nom de Sonia Rosenberg.

Olivia de Havilland – Cérémonie des Oscars 1947

Ann Lowe et son fils ouvre un deuxième Salon, Ann Lowe’s Gowns, à New York sur Lexington Avenue en 1950. Ses créations uniques fabriquées à partir des meilleurs tissus ont régulièrement fait le succès de ses Salons et ont attiré de nombreux riches clients de la haute société. Plus tard, le Saturday Evening Post l’a surnommera «Ann Lowe, le secret le mieux gardé de la société. “society’s best kept secret”». Sont fils unique, son seul partenaire commercial, meurt en 1958.

Ann Low dans son Salon new-yorkais

Tout au long de sa carrière, la créatrice a dessiné des robes pour une clientèle aisée qui la dissuadait (souvent) de facturer ses créations en dessous de sa valeur. Après avoir payé son personnel, Ann Lowe expliquait qu’il lui était impossible de faire des bénéfices sur ses créations. Ann Lowe a admis plus tard qu’au plus haut fait de sa carrière, elle était pratiquement fauchée. En 1962, La designer perd son Salon à New York, un contrôle fiscale révèle qu’elle n’a pas réglé ses impôts. Cette même année, son œil droit est enlevé, Ann Lowe a un glaucome. En 1968, elle ouvre un nouveau magasin, Ann Lowe Originals, sur Madison Avenue.

Dans les années 1930, Ann Lowe vivait dans un appartement sur Manhattan Avenue à Harlem où elle hébergeait sa sœur aînée Sallie. Toutes deux étaient membres de l’église méthodiste unie St. Marks. Au cours des cinq dernières années de sa vie, la créatrice de mode s’installera avec sa fille Ruth dans le Queens. Elle décédera au domicile de cette dernière le 25 février 1981 après une longue maladie.

Ann Lowe dans son Salon à New York 

On retiendra aussi qu’Ann Lowe aura habillé des grandes familles comme les Auchinclosses, les Rockefeller, les Lodges, les Du Ponts, les Postes ou Biddles.

Les modèles uniques de Ann Lowe sont toujours exposés dans les musées tels le Metropolitan Museum of Art, le Black Fashion Museum et le Smithsonian National Museum of African American History and Culture.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
ImagesBettyMan/Pinterest/LeDevoir/Wikipedia/Vogue- Source: thefashionhistorian/Black Fashion Museum

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s