Virus : Ancien joueur de foot, Myron Rolle neurochirurgien combat le coronavirus à Boston

Au cœur du dispositif anti-coronavirus, le docteur Myron Rolle est rassuré pour encore quelques temps. Dans l’hôpital à Boston où il exerce sa profession, il y encore du stock, les équipements médicaux pour les soignants ne manquent pas : «Nous sommes l’un des plus grands hôpitaux de la région de la Nouvelle-Angleterre et sans doute du pays. Nous sommes affiliés à Harvard et nous étions encore bien équipés au début de l’épidémie. Je pense que les hôpitaux qui sont mis à rude épreuve sont les plus petits établissements dans les banlieue des grandes villes.» Mais l’homme sait également que les réserves seront vite épuisées face à la rapide propagation du coronavirus aux Etats-Unis : «Nos masques sont gardés dans un endroit centralisé autour de l’hôpital. On nous a même demandés récemment de réutiliser nos masques, si c’était possible.»

Ce docteur, Myron Rolle engagé dans la lutte anti-coronavirus, n’est pas un médecin comme les autres.

Les médias américains depuis quelques jours, soulignent le parcours élogieux et déterminé de l’ancien défenseur des Titans de l’État de Floride et du Tennessee, devenu un des soignants en première ligne, dans une épidémie qui ravage les États-Unis et le reste du monde.

Adolescent, Myron Rolle jouait au football à la Florida State University de 2006 à 2008. Mais en 2009, il fait la une des journaux américains quand il est accepté à l’Université d’Oxford au Nord-Ouest de Londres. Il reçoit une bourse pour commencer des études médicales, le jeune homme ne terminera pas sa saison junior à la FSU. Après un an en Angleterre, en 2010, Myron Rolle est repêché par les Tennessee Titans. En 2013, il quitte l’équipe et reprend ses études de médecine, rapporte le magazine spécialisé CBS Sports, et s’inscrit à l’école de médecine Florida State University College of Medicine, la même année.  En 2017, Myron Rolle obtient son diplôme, il est médecin. En mai de la même année, l’afro-américain commence son programme de résidence en neurochirurgie à la Harvard Medical School et au Massachusetts General Hospital.

Depuis, l’ancien défenseur de la NFL (National Football League) devenu neurochirurgien est sur un autre terrain et s’attaque depuis quelques semaines à un adversaire plus redoutable, le nouveau Coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19.

 

Sur ESPN, la chaîne de télévision sportive américaine, le docteur Myron Rolle décrit la souffrance des patients COVID-19 : «Je traverse les urgences. Je vois tellement de personnes souffrant de détresse respiratoire et de problèmes respiratoires » raconte le médecin, «Notre étage neurologique a été transformé pour recevoir beaucoup de patients COVID-19. C’est mouvementé, ça bouge. Notre espace de lits, nos salles d’opération ont même été changés en unités de soins intensifs car il y a tellement de gens qui sont soit positifs au COVID-19, soit suspectés de l’avoir» indique le soignant.

Comme dans les hôpitaux en Europe, ici,au Massachusetts General Hospital de Boston, les masques sont précieux . «Dès que nous arrivons à l’hôpital, nous devons mettre ces masques de protection» explique Myron Rolle. «Tout le monde doit les porter.» 

Même si Myron Rolle est confronté à une situation inédite, il ne regrette pas son parcours. L’ancien footballeur aujourd’hui neurochirurgien avoue : « Honnêtement, s’il fallait recommencer, je n’aurais pas fait autrement», a-t-il déclaré à la chaîne Tv ESPN. «Il y a dix ans, j’ai toujours pensé qu’après le football, j’irais en neurochirurgie. Mais, même si le football ne m’a jamais quitté, chaque matin après mon réveil, je pense à la salle d’opération et je me dis : «J’ai une mission, les gens comptent sur nous en ce moment. C’est le moment d’aider les personnes très malades, je dois faire mon travail» assure déterminé le neurochirugien.

Le combat contre le COVID-19 est une responsabilité collective et, interrogé par SBNation, Myron Rolle sermonne ceux qui ne respectent pas les gestes barrières et les règles de prudence : «Je dirais que c’est  irresponsable parce que vous êtes toujours capables non seulement de contracter la maladie, mais d’être un porteur asymptomatique et d’affecter quelqu’un qui n’a pas le système immunitaire développé comme vous. Il ne s’agit pas seulement de votre confort ou de votre style de vie à ce stade là.»  

Quant à l’attitude indisciplinée de certains jeunes afro-américains qui bravent le confinement, comme ci-dessous à New York, le neurochirurgien explique : «Nous devons tous jouer notre rôle, y compris les jeunes de notre communauté qui ont un système immunitaire robuste et qui ne sont pas à risque. C’est un moment où vous devez regarder au-delà de vous pour aider activement les autres.»

 

Des new-yorkais se baladent dans une rue de Harlem en plein confinement (samedi 4 avril 2020)

Aux Etats-Unis, on compte plus de 8 000 morts et 300 000 contaminés. Après 1 480 morts en une journée ( le bilan quotidien le plus élevé jamais enregistré dans un seul pays) les Américains doivent s’attendre au pire a déclaré le président Donald Trump.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Instagram/FM à Harlem

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s