Raphaël Élizé, le martiniquais 1er maire ultramarin en Métropole est mort en héros en 1945

Raphaël Élizé a été le premier maire noir d’une ville métropolitaine de France à Sablé-sur-Sarthe dans la Sarthe en région Pays de la Loire, au Nord-Est de la France.

Il est né en 1891 en Martinique dans une famille mixte. Augustin, son père, percepteur d’impôts est franc-maçon, et sa mère, Jeanne, eurent  huit enfants. En 1902, la famille qui habitait Saint-Pierre s’installe à Fort-de-France juste avant l’explosion de la montagne Pelée. Forcés de quitter Saint-Pierre, ils s’installent en France, le jeune garçon a 11 ans. Adolescent, Raphaël Élizé fréquente le Lycée Montaigne & Saint-Louis, le meilleur lycée de Paris puis s’inscrit à l’école vétérinaire de Lyon, il en ressort diplômé à l’été 1914, juste avant le début de la Première Guerre mondiale.

Raphaël Élizé a vingt-trois ans quand il rejoint un régiment d’infanterie colonial, d’abord en tant que soldat, puis comme vétérinaire. En 1919, le martiniquais épouse Caroline Hayotte, une métisse du pays. Peu de temps après, le couple s’installe à Sablé-sur-Sarthe. Seul noir de la ville et Membre du conseil d’administration de la Caisse d’épargne, Raphaël Élizé préside l’association locale des anciens combattants et ne tarde pas se faire apprécier comme un grand amateur de musique classique et comme photographe

En 1935, Raphaël Élizé revient en Martinique, il représente l’Association française des maires. il arrive dans sa ville natale, Saint Pierre, où il est accueilli par l’un de ses frères, le maire Maxence Élizé.

Lorsque la France entre dans la Seconde Guerre mondiale en 1939, Raphaël Élizé est mobilisé dans l’armée. En 1943, il s’engage dans le réseau de la Résistance pour recueillir des informations sur les nazis et les collaborateurs français. Raphaël Élizé sera arrêté par les nazis en novembre 1943 et envoyé en prison, d’abord en France puis au camp de concentration de Buchenwald dans le Centre-Est de l’Allemagne en janvier 1944. Un an plus tard, le 9 février 1945, il est tué par un missile allié lors d’un bombardement.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter  Instagram C’news Actus Dothy
ImagesInstitut français/grandeurmémoire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s