The Last Black Man in San Francisco, les tragédies urbaines de deux jeunes afro-américains

The Last Black Man in San Francisco a été réalisé par Joe Talbot et présenté au Sundance Film Festival 2019. Il met en scène, Jimmie Fails, Jonathan Majors, Danny Glover, Tichina Arnold, Rob Morgan, Mike Epps et Finn Wittrock.

Cinéma Ritzy à Brixton

The Last Black Man in San Francisco est une belle, effrayante et tragique image du cauchemar urbain à laquelle doivent faire face ceux qui en subissent les effets. Jimmie Fails est obsédé par une maison du quartier Filmore de San Francisco, construite par son grand-père en 1946. Il a le sentiment que c’est peut-être le dernier endroit où il se souvient d’avoir été vraiment heureux.

Sa mère a déménagé à Los Angeles, tandis que son père vit seul et plein de ressentiments dans un petit appartement.

Co-écrit avec son ami d’enfance Joe talbot, Jimmie Fails joue Jimmie dans le long métrage en s’inspirant partiellement de sa propre vie.

Joe Talbot a reçu le prix du meilleur réalisateur pour ce long métrage de deux heures au Sundance Festival 2019.

The Last Black Man in San Francisco récompensé aux USA au Sundance Festival 2019

« Jimmie » est un jeune homme vivant dans la région de la baie de San Francisco. Il passe son temps à errer en ville avec son meilleur ami Montgomery « Mont » Allen.

Les deux hommes se rendent dans une maison victorienne classique du quartier Fillmore de la ville, dans laquelle Jimmie a grandie et qui a été construite par son grand-père en 1946. Dans cette demeure où s’installent les deux copains, vit un couple de personnes âgées.

La maison victorienne où Jimmie a grandi

Un soir, avec l’accord de Jimmie, Mont invite Kofi, son ami d’enfance dans la maison où la propriétaire vient de disparaître. Mais la situation entre les trois hommes changent quand, le lendemain, Kofi interpelle et blesse méchamment Jimmie. Selon les ragots de Mont, le père de Jimmie serait un mâle dominant à l’allure féminine, un homosexuel.

Quelques jours plus tard, Mont se fait assassiner et dans le même temps tous les bagages de Jimmie sont jetés à la rue. Le pauvre Jimmie déboussolé découvre également que cette maison où il a grandi n’a pas été construite par son grand-père mais beaucoup plu tôt en 1850.

Jimmie se sent trahi de tous côtés.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s