Pourquoi Babette de Rozières tient à honorer Edouard Glissant et Maryse Condé

Au Salon de la Gastronomie des Outre-mer, plus de 130 exposants seront là pour vous surprendre. Pour cette nouvelle édition 2019, les organisateurs de l’événement misent sur l’originalité des produits et sur les nouveautés mis en exergue dans le programme du salon culinaire. Pour lancer ce nouveau Salon, il faudra s’attendre à un discours engagé de Babette de Rozières.

La Cheffe guadeloupéenne souhaite rendre hommage à l’auteur de « Soleil de la conscience » et du « Tout-Monde » Edouard Glissant, décédé en février 2011. Dans le même temps, la fondatrice du Sagasdom voudrait saluer l’écrivaine Maryse Condé, guadeloupéenne auteur de « Moi, Tituba sorcière noire de Salem » et de l’ouvrage «Histoire de la femme cannibale », un titre qui l’interpelle.

Comment expliquer ces choix littéraires ? Babette de Rozières s’explique. Ces deux écrivains afro-caribéens ont des parcours qui lui rappellent sa propre trajectoire. Des antillais exilés un temps vers la métropole mais viscéralement attachés à leur île la Martinique pour Edouard Glissant et la Guadeloupe, terre natale de Maryse Condé. Deux antillais, deux écrivains qui ont les mêmes ressorts et ont connu les mêmes turbulences dans leur vie. « Manger pour ne pas être mangé », Babette de Rozières est comme ces deux résistants, plus qu’une battante, une combattante. Son histoire pourrait inspirer Maryse Condé mais elle a choisi de l’écrire. La Cheffe a connu à l’instar de ses compatriotes, le racisme, puisque que trop noire de peau mais à force de résilience, elle s’est imposée à Paris, dans une profession d’hommes et prône le métissage et l’ouverture à l’autre comme salut.

Même si l’animatrice de Tv et Cheffe en cuisine poursuit une brillante carrière en métropole, elle ne demeure pas moins une force quand il faut dénoncer abus et mépris sur les membres de la communauté noire. Intégrée politiquement et reconnue du Tout-Paris, Babette de Rozières a suivi les moments forts qui ont jalonné la vie de Maryse Condé, de Paris, d’Afrique et aujourd’hui à New York où elle vit.

Une œuvre d’art représentant l’écrivaine-journaliste Maryse Condé sera exposée dans le Salon de la Gastronomie des Outre-mer. Son dernier roman, « Le Fabuleux et Triste Destin d’Ivan et d’Ivana » (2017), s’inspire de l’histoire vraie de la policière martiniquaise, Clarissa Jean-Philippe tuée en janvier 2015.

Engagé très jeune contre le colonialisme, Edouard Glissant, n’a cessé toute sa vie de combattre et de refuser l’injustice et le racisme en donnant des codes pour un nouveau monde. Ce « Tout-Monde » c’est celui de l’autre, qui en dépit de la couleur de sa peau, de ses différences, est un homme comme les autres.

Extrait du Traité du Tout-monde  (1997) : « Là où les systèmes et les idéologies ont défailli, et sans aucunement renoncer au refus et au combat que tu dois mener dans ton lieu particulier, prolongeons au loin l’imaginaire, par un infini éclatement et une répétition à l’infini des thèmes du métissage, du multilinguisme, de la créolisation »

Tous admirent Frantz Fanon, Aimé Césaire, Wole Soyinka, Jacques Roumain, Guy Tirolien, tous espèrent en un nouvel humanisme.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images montage photos C’news Actus Dothy/Amadou Bal/La règle du jeu/L’Humanité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s