Elles font du 36 ou 40 plus, les copines peuvent s’habiller sexy

La marque PrettyLittleThing réconcilie toutes les femmes, de toutes les tailles.

Qu’elles soient fortes ou minces, les amies et copines peuvent toutes porter les mêmes vêtements si elles le souhaitent.
Pour sublimer ces nouvelles collections deux Top models mondialement connus présentent les créations capsules.

PrettyLittleThing a créé deux modèles de vêtements sur deux modèles de tailles différentes, des robes que l’on ne voit jamais dans les boutiques de grandes tailles. Du lamé scintillant sur une taille 35/36 et le même modèle en taille plus, robe moulante à col bénitier et paillettes argentée ou pantalon court taille haute en paillettes argentées, très chics sur Hailey Baldwin et Ashley Graham.

Ashley Graham est l’un des plus célèbres mannequins de grandes tailles au monde. Elle débute sa carrière à 12 ans quand une agence de mannequin la repère pendant une séance de shopping à Lincoln dans le Nebraska, où elle vit. Elle défile pour de grandes marques jusqu’en 2014 où Ashley Graham créée sa propre ligne de vêtements Addition Elle. La même année l’américaine animera un talk-show MTV Made dédiée au coaching des jeunes mannequins de grandes tailles.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy


Images PrettyLittleThing

Beauté : Naomi Campbell et l’astuce qui lisse son visage

Naomi Campbell a un secret qu’elle a longtemps tenu caché, mais pour les fêtes de fin d’année, l’ancien mannequin a bien voulu révéler à ses fans, l’astuce qui lui donne une si jolie peau.

«Je ne ferais jamais de lifting!». Dans toutes ses interviews, la belle confessait ne rien utiliser comme artifice sur son visage. Il y a quatre ans, Naomi Campbell  qui affiche toujours un corps de rêve et un visage impeccable sur les podiums, affirmait sur le plateau du talk-show de Graham Norton, qu’elle était contre la chirurgie esthétique. Mais sans doute pas contre le lifting maison.

La superstar britannique, d’origine jamaïcaine s’est depuis ravisée et Naomi Campbell a finalement avoué dans le magazine Vogue anglais, qu’elle se servait de scotch pour avoir ce teint lisse et brillant.

Voilà, tout est dit : « J’utilise du ruban adhésif ». Ce lifting personnel, elle le réalise à l’aide de sparadraps cachés sous ses longues et sublimes perruques. Parmi ses cinq conseils de beauté, dévoilés dans le magazine Vogue britannique, ce scotch dissimulé semble une technique simple et facile pour nous mettre en beauté durant les nuits du réveillon de Noël et de la Saint-Sylvestre.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Capture d’écran

Attentat – Strasbourg : Le fugitif Chérif Chekatt a été abattu

Un peu après 21 heures, ce jeudi soir, la cavale de Chérif Chekatt s’est terminé.

L’homme le plus recherché en France comme en Allemagne, a été abattu ce jeudi soir dans le quartier du Neudorf, à Strasbourg dans le Bas-Rhin.  Sa cavale n’aura duré que 48 heures.

Selon les informations de BFM TV, Cherat Cherif aurait abordé une femme dans la rue qui a remarqué qu’il était blessé. Elle a eu le réflexe d’appeler le 17.

3 policiers sont venus sur les lieux. Chérif Chekatt tentait de rentrer dans un immeuble, les policiers lui ont demandé de s’identifier, Chérif Chekatt s’est retourné, il a ouvert le feu et raté sa cible. Un agent a riposté et l’a immédiatement abattu.

Le policier qui a tué Chérif Chekatt est un agent de la BSC (Brigade spécialisé de terrain).

Un soulagement pour la population et  pour les policiers et militaires de la BRI, du RAID, de la Force sentinelle et de la Police nationale qui le surveillaient depuis l’attentat perpétré ce mardi 11 décembre 2018.
280 enquêteurs de la police judiciaire ont été mobilisés.

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner a fait un discours depuis Strasbourg. Depuis la rue Lazaret, lieu de la dernière confrontation, il a confirmé la mort du suspect et salué les forces de l’ordre : « Face au pire, vous avez donné le meilleur.  Ce soir,  je suis fier. Merci. »

Roland Ries (ci-dessus), le maire de Strasbourg  estime que la fin de la cavale de Chérif Chekatt allait « faciliter le retour à une vie normale car les Strasbourgeois étaient inquiets ».

L’attaque terroriste a causé la mort de 3 personnes, une dizaine sont blessés dont six graves.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy Images Captures d’écran

Meghan Markle est « odieuse et trop capricieuse », ses collaborateurs démissionnent

Meghan Markle serait une duchesse trop exigeante, une « féministe » qui bouleverse trop les codes de la monarchie, et cela ne plait pas à tous. Ses collaborateurs proches sont à bout, épuisés et la quittent.

Les tensions se multiplient entre les pensionnaires de Buckingham et de Kensington. Depuis l’arrivée de Meghan Markle au sein de la famille royale britannique, les deux frères William et Harry si complices autrefois, sont distants, rapportent les médias people d’Outre-Manche. Leurs épouses respectives, Meghan et Kate ne se querellent pas vraiment, elles ne sont tout simplement pas très proches, commente un magazine britannique.

Des révélations divulguées quotidiennement dans la presse, révèlent le caractère odieux et capricieux de la duchesse de Sussex qui attend son premier enfant. Après la soudaine démission de sa proche collaboratrice, la française Melissa Touabti, aujourd’hui, la future maman est face à un nouveau coup dur. Une nouvelle collaboratrice est en passe de quitter ses fonctions auprès de la duchesse. C’était, souligne la presse, une ex-collaboratrice chevronnée, redoutable auprès de la reine.

Selon le Sunday Times et The Mirror, Samantha Cohen, âgée de 50 ans, devrait quitter ses fonctions au sein du palais de Kensington au printemps prochain.
La source du Sunday Times a également révélé la routine matinale de la duchesse qui se lève à 4h30 tous les matins pour sa séance de yoga. Samantha Cohen pense que les nouveaux collaborateurs devraient être adaptables et patients.

Le caractère difficile de Meghan Markle fait jaser et les sources révèlent le quotidien du duc et de la duchesse de Sussex. Dans les coulisses, le  prince Harry aurait comme mission de trouver la taupe qui distille les secrets, depuis le Palais Royal.

L’image de la Duchesse de Sussex souffre de toutes ses frasques révélées au grand jour. Mais les journalistes britanniques sont bien renseignées et parlent de  sources « très bien placées » qui dénoncent certains  souhaits  extravagants ou « irréalisables » de Meghan Markle.

Avant la cérémonie de mariage, le samedi 19 mai 2018, l’épouse du Duc Harry aurait formulé l’ordre de pulvériser dans toute la chapelle Saint-Georges des brumisateurs de parfum avant l’arrivée des invités. Elle ne supportait pas l’odeur de renfermé de la chapelle bâtie au XVème siècle à Windsor. La future duchesse aurait essuyé un refus de la reine. L’informateur rapporte, que Buckingham s’est indigné en expliquant poliment au bureau de Meghan Markle, que c’était la chapelle de la reine, et , que c’était tout simplement inconvenant. « La chapelle Saint-Georges est un lieu de recueillement de Sa Majesté comme elle le fut pour ses prédécesseurs pendant 5 siècles », a fait observer la reine Elizabeth II.

Dans le même temps, l’ancienne actrice espérait porter un diadème réservé à la princesse Eugénie ( petite-fille de la reine), nouveau refus.

Des anecdotes qui risquent de pâlir l’image romantique du couple qui emménage à Frogmore Cottage pour sans doute s’éloigner un peu plus du protocole royal. Meghan Markle et le prince Harry s’installeront dans un chalet situé à proximité de Windsor pour attendre l’arrivée de leur prochain bébé et l’élever (si possible) selon leur convenance.

Pour le Times Meghan Markle est classée N° 7 parmi les personnalités de l’année 2018.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


Images C’news Actus Dothy/captures d’écran/Mega Agency

A Londres, le guadeloupéen Tibio nostalgique de son île magnifie le Reggae, le Gwo Ka et le Hip Hop dans ses spectacles

« Être artiste, c’est comme un parcours initiatique, il faut avoir la Foi ! » et Tibio sait de quoi il parle. L’artiste guadeloupéen s’est produit dans des salles de danses, de théâtre, dans des centres et ateliers culturels de France, d’Angleterre, de Suède et de Guadeloupe.

Cette vie de saltimbanque, Tibio l’a choisie, sa carrière d’artiste, il l’apprécie et l’antillais s’épanouit dans toutes les disciplines qu’il maîtrise. Seulement tout n’est pas simple quand on est un artiste professionnel. Qu’on vive en France ou en Angleterre, les difficultés sont les mêmes, peut-être plus compliqué au Royaume-Uni.  Tibio nous raconte son quotidien, sa musique, ses choix, son pays, la Guadeloupe.

Né Marc Stevenson, Tibio est un métis guadeloupéen. Un peu nostalgique du pays qu’il quitte très jeune et « malgré lui » précise l’artiste. Nous l’avons d’abord croisé au Creole Day Festival au mois d’Octobre dernier et ce mois de novembre 2018, Tibio est acteur dans un spectacle familial Hensel & Gretel qui se joue dans le Sud de la capitale anglaise.

L’occasion de mieux connaître le métis guadeloupéen et de comprendre comment vit un musicien antillais à l’étranger.

Samedi 24 novembre 2018. Deux jours que Tibio est sur scène au Bernie Grant Art Centre dans le quartier de Seven Sisters au Sud de la capitale. Ce samedi est le dernier jour du spectacle Hansel et Gretel, dédié aux jeunes spectateurs, ils sont plusieurs au centre culturel, accompagnés de leurs parents et amis.

Tottenham Square, il est 17 heures, le spectacle prévu à quinze heures est terminé. Attablé au Café du Bernie Grant Art Centre, Tibio discute. Vicki Igbokwe, la metteure-en-scène, sa partenaire de jeu Mayowa Ogunnaike, et une autre comédienne vont bientôt se quitter. Tiré des contes de frères Grimm, cette adaptation, dansée et chantée, décrit (en filigrane), les errances sociales et humaines des réfugiés africains exilés à Londres.

Tibio (Marc Stevenson) n’est pas un réfugié du Ghana. Seulement comme son personnage dans la pièce de théâtre, le musicien antillais ne se repose jamais :  « Nous avons peu d’aides, ce n’est pas comme en France. La Sacem n’existe pas ici. On ne peut pas s’arrêter de travailler, il faut continuellement se bouger pour gagner sa vie ». Au Royaume Uni, il y a Performing Rights Society for Music (PRS), l’équivalent britannique de la SACEM, mais ce dispositif a des ratés. Il faut donc être sur la brèche, courir et travailler.


Le matin, Tibio pose sa fille à l’école, le jeune père de famille part aussitôt pour son cours de danse-percussion. Pas le temps, ni pour les textos, ni les e.mails, l’artiste prévient qu’il ne sera disponible qu’à la mi- journée ou, mieux encore, en fin de journée.

Pouvoir s’exprimer parfaitement en anglais, c’était  son objectif : « Je suis venu ici  à Londres pour bien connaître la langue anglaise, car mon père et ma mère s’exprimait à la maison en anglais mais ne me parlaient jamais anglais ».

Mais le français qui envisageait un séjour de deux ans en Angleterre, restera finalement plus longtemps sur l’île anglaise. Entre temps, le Royaume uni a changé sa politique d’accueil des migrants. Et, depuis juin 2016 où le vote des anglais a été largement favorable à la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne, la petite famille de Marc Stevenson réfléchit à l’avenir, à un nouveau départ : « Je n’ai pas envie de rester éternellement ici ! ».

Anglais et écossais par son père et guadeloupéen par sa mère, Tibio, le mulâtre  va grandir sur l’île de Karukera jusqu’à l’âge de 8 ans. Après la Guadeloupe, la famille Stevenson arrive à Marseille dans le Sud de la France. Tibio a déjà confirmé ses talents de danseurs, il sait ce qu’est un Gwo Ka,  « l’âme de la musique traditionnelle guadeloupéenne ».

Le mode de vie antillais, la langue créole, la musique caribéenne et les guadeloupéens sont ses sources d’inspiration : « Je fais tout pour rester en contact avec la Guadeloupe car je n’avais pas décidé de la quitter. C’est sans doute pour cette raison que je me suis intéressé à la musique caribéenne ».

Pointe-à-Pître, Centre des Arts de Guadeloupe. c’est ici que le petit Marc Stevenson fait ses premiers pas de danse. Son mentor, une figure de la danse caribéenne :  « A mon prochain passage en avril 2019, j’espère retrouver Lena Blou ».

Lena Blou, danseuse et chorégraphe de Guadeloupe, l’a initié au Gwo Ka : « j’avais 6 ans ». La foi qui anime le jeune homme fait écho aux convictions de son premier professeur.

Danseuse, professeure de danse, formatrice et chercheuse, Lena Blou a nourri le feu artistique de Tibio (Marc Stevenson) :   « Mon parcours, c’est la ténacité, la foi. La foi c’est quand personne ne croit en vous et que vous croyez en vous. Il y a une petite lumière tout au fond de votre cœur qui vous dit : Ils ont tort. Je vais réussir. Alors il faut suivre son intuition, suivre son instinct mais il faut travailler ». déclare Lena Blou lors d’un entretien accordé à la Région Guadeloupe en décembre 2014.

L’époque du « Baby Gwo Ka » au Centre des Arts de Guadeloupe, est révolue seulement Tibio est devenu un  « addict » : « le Gwo Ka, c’est quelque chose qui est en moi, la danse, le tambour, c’est mon langage corporel. »

A chaque visite en Guadeloupe il se ressource :  « Tout ce qui est traditionnel m’intéresse. Je vais dans des swaré léwoz quand je suis sur l’île. C’est ainsi que je reste en phase avec, ce que je considère, être une partie de ma culture ».

Quant au patois : « Le créole me manque. C’est, parce que j’ai voulu garder le contact avec la langue créole que je me suis lancé dans la musique, j’écoute et j’écris des textes en créole. La Guadeloupe m’inspire vraiment ».

Tibio a produit son premier disque au mois de mai dernier. le musicien a choisi le label français, Otantic Records. « No Pain, no Gain » sera le premier titre de l’Album qui sera commercialisé et produit par un espagnol de Brixton. Il lui restera encore 12 titres à promouvoir.

Danseur, musicien, enseignant, le métis antillais est polyvalent  : « Nous les artistes, on n’a pas beaucoup de moyens mais on se bat car nous avons une passion qui nourrit le feu qui est en nous. Nous avons l’énergie qui nous nourrit spirituellement. Mais qu’on soit basé en France comme en Angleterre, les revendications sont les mêmes. On aimerait plus d’aides pour ceux qui sont en galère » : 

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy

Images C’news Actus Dothy

Le rappeur Ty Dolla Sign arrêté pour possession de drogues, il risque 15 ans de prison

Le crooner Ty Dolla Sign a été arrêté par la police lundi 10 décembre 2018.

Le chanteur californien, Ty Dolla Sign était dans le comté de Fulton, en Géorgie, lorsque sa voiture de course a été interceptée par la police. Le rappeur et son équipe ont été fouillés mais c’est uniquement Ty Dolla Sign qui s’est fait embarquer pour détention de 3 drogues.

Selon les informations de la presse américaine, sur les lieux de l’arrestation, les chiens policiers aboyaient avant même l’arrestation du rappeur, connu pour ses consommations régulières de stupéfiants. Brièvement menotté et incarcéré, il a été relâché après avoir réglé une caution.

Trois chefs d’accusation graves ont été retenus contre lui, la possession de cocaïne, de THC et de moins d’une once de mauvaise herbe (la weed). La législation dans l’Etat de Georgie est bien plus dure qu’en Californie. S’il est reconnu coupable, il encoure jusqu’à 15 ans de prison.

Une année pourtant prometteuse pour l’artiste originaire de Los Angeles, qui a participé au dernier album solo de Kanye West, intitulé Ye et sorti le 1er juin 2018. Un CD sur lequel on peut l’entendre sur trois des sept morceaux qui composent l’album éphémère : All Mine, Wouldn’t Leave et Violent Crimes.

La date de son procès n’est pas encore connue.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesHighsnobiety/

Duckie Thot, le mannequin Soudanais est le nouvel ambassadeur de l’Oréal Paris

En septembre dernier, le visage de Nyadak «Duckie» Thot a été choisi par la société de cosmétiques L’Oréal Paris pour être le nouvel ambassadeur mondial de la marque.

Duckie Thot est un mannequin connu dans le secteur de la mode, elle a débuté sa carrière au Victoria’s Secret Fashion en 2018 puis Duckie a défilé  entre autres, pour Moschino et Oscar de la Renta. On l’a récemment vue porter les vêtements de la marque  Fenty Beauty de la chanteuse barbadienne, Rihanna.

Plus tard, elle a auditionné pour la huitième saison de Next Top Model (Australie), où elle a s’est fait remarquer en terminant troisième. Thot a déménagé aux États-Unis, s’est installé à Brooklyn et a signé un contrat dans l’agence de mannequin de New York Model Management.

La famille du mannequin australo-soudanaise s’est installée à Melbourne, en Australie, après avoir quitté le Soudan (Sud de l’Egypte), leur pays déchiré par la guerre, depuis 5 ans.

Dans le monde  fashion, Nyadak «Duckie» Thot dit avoir été confrontée au racisme et aux critiques de ses consœurs à cause de ses cheveux et de son teint sombre. Malgré toutes les brimades dont elle a fait l’objet, Duckie Thot est devenue à 23 ans, le visage de L’Oréal Paris, une célèbre marque mondiale.

Dans un message publié dans le magazine Allure, le mannequin a déclaré : « J’ai hâte d’aider davantage de filles à aimer la beauté de leur peau noire »

Pierre-Emmanuel Angeloglou, président mondial de L’Oréal Paris, a déclaré dans un communiqué de presse : « Son énergie et son message d’inclusion font d’elle une recrue idéale pour la famille L’Oréal Paris: originale et confiante en elle-même »

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


ImagesDailyMail/21Ninety/Allure.com/Fashionmagazine

Le premier autiste sportif NCAA en Division 1, pourtant «il a mis très longtemps à comprendre ce qui était réel»

« Inspirer les enfants autistes du monde entier à réaliser leurs rêves ! », un athlète universitaire boursier jouera ce rôle de modèle au plus haut niveau du basketball de la NCAA.

Dans l’histoire de la NCAA, Kent State University est le premier campus à engager un joueur autiste dans un sport de Division I. La National Collegiate Athletic Association ou NCAA est une association sportive américaine. Elle organise les programmes sportifs de grandes écoles et universités aux États-Unis. Un jeune afro-américain autiste sera dans son équipe. Un miracle pour cet adolescent classé comme retardé par des médecins , son histoire est touchante et singulière.

Kalin Bennett est originaire de Little Rock, dans l’Arkansas. Dès l’enfance, il a développé Les troubles du spectre de l’autisme (TSA), qui provoquent des anomalies du neurodéveloppement complexe.

Sa mère raconte : « Enfant, les médecins pensaient que Kalin ferait partie des 25 à 50% des personnes atteintes du trouble du spectre de l’autisme qui l’empêcheraient de s’exprimer tout au long de sa vie ». Un diagnostic précoce indiquait que Kalin ne marcherait jamais. Il a fait ses premiers pas à l’âge de quatre ans et à huit ans, Kalin a soutenu sa première conversation. Malgré ses retards et ses errances dans le réel et l’irrationnel, le jeune Kalin entouré de sa famille aimante, grandit et persévère dans ses efforts. Son courage et l’aide thérapeutique viendront à bout des difficultés, liées à la maladie.

Aujourd’hui, âgé de 18 ans, il mesure 2m08 et pèse près de 130kg. Kalin Bennett est la nouvelle recrue de la NCAA, un challenge pour un autiste. Le jeune homme souhaite être un exemple pour les autres malades comme lui :
« Je veux avoir un impact non seulement sur le terrain, mais avec les enfants qui ont des difficultés comme moi. Je souhaite utiliser cette plate-forme pour inspirer d’autres enfants atteints d’autisme ou non. Je veux leur dire, hé, si je peux faire ça, tu peux le faire aussi. Bien souvent, ils se sentent seuls et isolés. J’ai vécu cela. »

Des différentes universités prêts à le recevoir, Kalin Bennett a choisi celle de Kent très attachée à l’accueil d’étudiants autistes dans ses établissements.

Selon Gina Campana, la directrice adjointe de l’État de Kent pour « l’Initiative sur l’autisme en matière de recherche, d’éducation et de sensibilisation », Kalin Bennett est « un être humain extraordinaire. Une lumière émane de ce jeune homme ». L’équipe sportive se dit impatiente de savoir ce qu’il peut apporter au basketball et au campus, l’année prochaine .

Ils n’étaient pourtant pas si nombreux à croire en lui au départ. Le jour de sa remise de diplôme d’études secondaires (l’équivalent de son brevet des collèges), l’ancienne thérapeute de Kalin était présente et filmait la cérémonie. Kevin a voulu lui parler. La mère de Kalin, Sonja (ci-dessus), se souvient de son fils s’adressant à la psychologue, qui ne croyait pas en ses possibilités : « Êtes-vous celle qui a dit que je ne parlerai pas, que je ne marcherai pas ? Et d’ajouter : « J’espère que vous n’avez pas ruiné la vie de quelqu’un d’autre en disant ce genre de paroles ? ».

En plus du basketball, Kalin Bennett est aussi un brillant élève, s’il excelle en maths et en musique (l’étudiant sait jouer 5 instruments de musique différents), d’après sa famille, son dossier médical laisse entrevoir des difficultés liées à son handicap.   Il a mis très longtemps à comprendre ce qui était réel et ce qui ne l’était pas à la télévision. Pendant longtemps, s’il regardait une série TV et qu’un personnage se faisait tirer dessus, il se mettait à pleurer. Kalin ne voit pas le mal, ne le rationalise pas.

Comme beaucoup d’autistes, Kalin est très proche de sa famille que la « normale ». Sonja, sa mère rapporte cette anecdote. L’année dernière, éloigné d’elle pour la première année scolaire, il a été si contrarié le soir de son anniversaire qu’il a dû être emmené à l’hôpital. Avertie, sa mère est venue le voir. « Maman, je ne peux pas faire ça sans toi », a alors confié Kalin. La maman a prévu de résider près de l’Université où sera inscrit son fils à la rentrée prochaine.

En bons termes avec son père, l’adolescent, régulièrement encouragé par sa mère, Sonja Bennett, depuis son entrée à Little Rock Christian, sa première école dans l’Arkansas, prouve aujourd’hui, que les personnes atteintes de troubles de l’autisme ne sont pas toutes identiques et qu’il faut en tenir compte.

Kalin Bennett commence son rêve. Il rêve désormais de créer sa propre organisation caritative : « Je veux pouvoir créer un endroit où les enfants (autistes) peuvent passer, s’amuser, ne pas avoir peur d’être entourés d’autres personnes, être capable de s’exprimer, de pouvoir être qui ils sont sans se soucier de ce que les gens pensent d’eux et de la façon dont ils vivent les choses ».

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter
Source NCAA
Images Capture vidéo NCAA

Attentat terroriste : Un homme identifié est en fuite, au moins 3 victimes, une dizaine de blessés dont des policiers du RAID

Ce mardi 11 décembre 2018, aux alentours de 20 heures, une attaque terroriste par un strasbourgeois âgé de 29 ans, a causé quatre morts (selon le maire de Strasbourg, Roland Ries), et une dizaine de blessés. Le pronostic vital de deux personnes est engagé.

L’auteur des coups de feu, tirés dans le centre-ville de Strasbourg, est identifié comme Cherat Cherif, il est toujours en fuite avec une arme automatique et une arme blanche.

L’individu radicalisé aurait blessé des policiers du RAID qui le cherchent activement.
Selon les témoins sur le marché de Noël du centre-ville, l’individu a tiré très calmement il voulait visé des policiers.

L’assaillant a pris la fuite en braquant un chauffeur de taxi, selon ce chauffeur qui a pu parler à la police, le terroriste est blessé, il n’est cependant toujours pas localisé.

Depuis les accès des autoroutes sont coupés ainsi que la route qui permet de rejoindre l’Allemagne.

Ce matin, son domicile a été perquisitionné, pour une tentative d’homicide. L’homme n’était pas présent mais les policiers ont trouvé une grenade chez lui. Le jeune strasbourgeois est fiché S et connu pour des faits de droit commun. Il est activement recherché.

Une enquête a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris.
Le premier ministre a activé une cellule interministérielle de crise à Place Beauvau où s’est rendue le Chef de l’Etat vers minuit.

Le marché de Noël sera fermé, les drapeaux seront en berne a précisé le maire de la ville.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Facebook

Caissière puis Vice-présidente, Ann-Marie Campbell est désormais une « femme influente aux USA » selon le magazine « Fortune »

Ann-Marie Campbell figure sur la liste des femmes les plus influentes du magazine « Fortune ». C’est la seconde fois que la jamaïcaine qui réside aux Etats-Unis est citée dans le magazine. Mais cette année elle est mieux placée qu’Oprah Winfrey, femme de télévision afro-américaine. Ann-Marie Campbell est 14ème sur la liste du magazine consacré à l’économie, créé en 1930.

Cette distinction est le fruit de plusieurs années de bons et loyaux services dans l’Entreprise Home Depot, une société de distribution américaine pour l’équipement de la maison, basée en Géorgie. Embauchée comme caissière à temps partiel à North Miami Beach pour financer ses études, Ann-Marie Campbell a aujourd’hui 53 ans et occupe le poste de vice-présidente exécutive des magasins américains chez Home Depot.

Sa réussite, elle la doit à son implication totale dans la bonne marche de l’Entreprise.
En 1989, son mentor Lynn Martin était de passage dans l’Entreprise quand elle a été bleuffée par la jeune Lyn Martin, pas impressionnée par le statut de sa cheffe. Son sens du devoir bien fait lui a ouvert les portes de la société.

La jamaïcaine a grimpé très rapidement dans l’échelle sociale. Devenant tour à tour : Directrice de département, directrice de magasin, directrice de district, vice-présidentes régionales, vice-présidentes des opérations, vice-présidentes du marchandisage et des commandes spéciales, vice-présidente du marketing et des ventes au détail et vice-présidente des services aux vendeurs. En 2009, Ann-Marie Campbell est enfin nommée présidente de la division sud.

Présidente de la division sud, elle était responsable de 690 magasins et de 100 000 employés dans 15 États américains, de Porto Rico à Saint-Thomas. En janvier 2016, elle a été promue vice-présidente exécutive des magasins aux États-Unis, où elle était responsable de 2 000 magasins et de la plupart des près de 400 000 employés de la société, soit environ 90% du chiffre d’affaires de 101 milliards de dollars de la société.

Ann-Marie Campbell est née à Kingston, en Jamaïque. Elle a fréquenté l’école secondaire Holy Childhood High School. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires en 1981, elle a immigré aux États-Unis avec sa mère et ses frères pour s’établir à Miami. Après avoir obtenu un baccalauréat en philosophie elle a poursuivi n MBA du College of Business J. Mack Robinson de la Georgia State University (GSU) en 2005,

«Je suis certainement convaincu de vivre votre passion. J’ai trouvé ma passion. J’apprécie absolument le commerce de détail. J’aime le commerce de détail. J’aime être en mesure de faire le lien entre les clients et les associés et de déterminer comment nous développons notre entreprise. C’est toujours ma passion aujourd’hui. » a déclaré Ann-Marie Campbell aux journalistes de Jamaica Gleaner.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Jamaica Gleaner