Réductions, places gratuites aux QUEENS CREOLES HAITI – PARIS (Dany B et Moonlight Benjamin)

Moonlight Benjamin  présente son nouvel album et Dyna-B, la jeune chanteuse née en Haïti, quatre ans après « Take a break », signe un deuxième album « Soul Vibrations ». Pour bénéficier de tarif à moitié prix et gagner des places à cet événement qui aura lieu le mercredi 28 mars, voici les différentes étapes à suivre :

Ma Case & RFI Talent présentent la soirée Queens Créoles Haïti avec Moonlight Benjamin et Dyna B. Entre blues, rock voodou, et reggae, deux chanteuses, deux univers, deux artistes possédées et sans concession, animées par la même volonté de fusionner leur culture avec les musiques actuelles.

10 places à faire gagner sur Facebook* 

Tous les lecteurs et followers de Facebook et de Twitter ont des places à 7 euros (au lieu de 13) avec le code de réduction « safety »

On choisit ses places (hors tarif groupe) et on tape le code de réduction)

Lien billetterie : https://goo.gl/FU84ga  

Dates : 28/03/2018 à 20h 30 au 29/03/2018 à 23h 00

Lieu : Le Petit Bain

7 Port de la Gare, 75013 Paris

https://www.weezevent.com/queen-creole-haiti-28mars-paris

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
ImagesL’humanité/Kis kiss Bank Bank/aahh U/© Christophe Jenny

Épices et Senteurs : La Vanille de la Réunion

Son autre nom, c’est la Vanille Bourbon, importée sur l’île de la Réunion au début du XIXe siècle.

Produite de façon artisanale, cette orchidée a encore une renommée internationale pour la qualité de ses gousses, les techniques de séchage et la fermentation des gousses de vanille.

« La vanille la plus utilisée dans le monde est noire, grasse, souple aux parfums délicats et floraux, favorisant les fortes notes chaudes du cacao. »


Pour l’extraire : Il suffit de presser légèrement la fleur en soulevant la cloison mobile qui sépare les étamines des stigmates.


En 1841, C’est un jeune esclave orphelin, Edmond Albius, recueilli par son Maître Beaumont Bellier (qui le considère comme son fils), qui l’initie à la botanique. Passionné, le jeune Edmond eut l’idée de réunir les organes mâle et femelle de la plante.

Sa méthode de fécondation, sera alors, une découverte importante pour l’économie réunionnaise qui atteindra son « âge d’or » dans les années 1930. Avec 1200 tonnes, l’île  produira plus des 3/4 de la production mondiale.

Selon les professionnels de la vanille, les techniques de préparation n’ont pas changé :


==> La mortification par ébouillantage
==> La fermentation démarre pendant l’étuvage, elledonne sa couleur marron aux gousses de vanille.
==> Le séchage : Au soleil tous les jours, pendant 2 à 3 semaines d’abord. Puis à l’ombre sur des claies, qui arrête la fermentation.
==> Les gousses de vanille sont ensuite regroupées en bottillons de même longueur et stockées pendant 2 à 3 mois dans des boîtes hermétiques. Elles dégagent à ce stade une très forte concentration en arôme.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


ImagesLaterreestunjardin/Corsair/Voyagerluxe/Wikimedia/Cardamometcacao/Tv5monde/YouTube/ (couverture)Joselito.Tirados

Nouvelle-Orléans : Le restaurant « Compère Lapin » dans le Quartier Français (French Quarter)

En juin 2015,  Nina Compton originaire de Sainte-Lucie ouvre son restaurant  « Compère Lapin », à la Nouvelle-Orléans, non loin du French Quarter (du Quartier Français).

Six mois plus tard, il devient le : « Restaurant de la Nouvelle-Orléans 2016 » par le Times-Picayune (« New  Orleans Restaurant of The Year for 2016  ».

Le prix lui a été remis par Brett Anderson, le critique gastronomique de la Nouvelle-Orléans.

Nina Compton  est doublement fière de cette récompense américaine : « Le fait que Brett Anderson, quelqu’un de si respecté et si connu, accorde ce prix à notre restaurant, rend cette distinction encore plus spéciale »  raconte l’époux de Nina Compton, Larry Miller,  dans le St Lucia Times.

 Selon Brett Anderson, Nina Compton a su mêler ses recettes créoles et celles de sa région d’adoption, la Nouvelle-Orléans.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy

 Images : St Lucia-Times/OLNStLucian

La Nouvelle-Orléans fête en 2018 son tricentenaire

Ville pluriculturelle et d’inspiration coloniale, la Nouvelle-Orléans, fondée par le français Jean Baptiste Le Moyne de Bienville en 1718, va fêter son tricentenaire cette année 2018.

La Louisiane étant l’invitée d’honneur du Sagasdom 2019 , c’est une occasion pour ses abonnés, amis, visiteurs et commerçants, de revisiter la ville qui est considérée comme le berceau du Jazz.

Aujourd’hui, Je vous propose de revoir ou redécouvrir l’architecture coloniale de  l’un des joyaux des États-Unis (selon le guide du Routard) célèbre pour ses balcons en fer forgé dans le Vieux Carré (le French Quarter).

Le quartier le plus connu et le plus touristique de la Nouvelle-Orléans, c’est le French Quarter (Le Quartier Français – 1718/1850 ). Situé sur les rives du Mississippi River, le French Quarter, est le cœur historique de la Nouvelle-Orléans, plus connu sous le nom de « Vieux Carré ».

Outre les balcons en fer forgé de style colonial, on peut noter des petites cours privées agrémentées de fontaines, de jardins et de patios dans la pure tradition espagnole et française réinventée par les américains après le  célèbre incendie du 8 décembre 1794 qui  détruisit la quasi-totalité du sud-ouest de la ville.  Avec l’incendie du 21 mars 1788, où 851 immeubles furent détruits ainsi que la quasi totalité du  centre historique,  ces deux événements ont malheureusement laisser peu de traces des habitations en bois de style français.

En 1519, les Espagnols furent les premiers à localiser le territoire de la Louisiane qu’ils explorèrent ensuite en 1528. Cependant,  c’est le français, Robert Cavelier, Sieur de la Salle, qui explora la région, lui donna le nom de Louisiane en hommage à Louis XIV et la déclara territoire français en 1682.

En 1722,  le démarrage de la construction du Vieux Quartier  commence avec quatre ingénieurs français dont : Louis-Pierre Le Blond de La Tour, ingénieur en chef, Adrien de Pauger, ingénieur et Pinel de Boispinel et Charles Franquet de Chaville, les ingénieurs en second.

Dès le milieu du XVIIIème siècle, dans l’architecture du Vieux Carré on retrouve, une typologie des maisons de maître et des habitations coloniales à la française comme à l’époque : en Guyane,  dans les Caraïbes françaises (en Guadeloupe, en Martinique), à Saint-Domingue ou dans la partie Est de Cuba. 

(Ci-dessous une habitation en Martinique, de style colonial)

La maison de maître comprenait un ensemble de chambres qui s’ouvraient totalement ou partiellement en périphérie d’une cour ouverte. Les immeubles étaient bâtis sur un ou deux étages et le plan d’implantation au sol était tracé autour d’une Sala de forme rectangulaire ou carrée, pour les habitations plus modestes. À côté et derrière la Sala, on construisait des chambres et des cabinets de travail. L’accès au Patio se faisait par un vestibule ou par la Sala, dans les maisons plus petites. Le plus souvent, une galerie ou une loggia aménagée en façade intérieure s’ouvrait sur un espace ombragé. Le plan des petites habitations de Saint-Domingue (Caraïbe) se faisait selon celui des maisons populaires andalouses de Séville ou de Cadix. Les patios, et surtout les galeries, étaient destinées aux rencontres familiales, ils étaient utilisés comme endroit pour travailler contrairement à La Nouvelle-Orléans,  où les patios étaient seuls réservés comme espace de travail.

En 1930, le quartier avec son cachet européen est redécouvert par des artistes et des intellectuels. Dans le même temps, le style espagnol est réinventé et adapté aux besoins et au mode de vie des habitants de la Nouvelle-Orléans . C’est à l’architecte Richard Koch que l’on doit la rénovation du Quartier français.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Sources Presse Universitaire de France/Images Bourse des Blogs/geschichteinchronologie/Notre-Blog.com/Framepool

Pourquoi Ava DuVernay a refusé de réaliser le film « Black Panther »

En 2018, Ava Duvernay aurait du être la première femme noire à diriger un film de Marvel.

Après le succès de Selma, acclamé par la critique, la réalisatrice devait être à l’affiche de Black Panther, mais elle a refusé et explique pourquoi.

En 2015, après avoir rencontré Chadwick Boseman, l’acteur principal Ava DuVernay a déclaré au cours de la conférence BlogHer qui s’est tenue le samedi 7 mai, qu’elle et la Société Marvel «ne voyaient pas le film de la même manière». Elle a également ajouté : « Ce ne serait vraiment pas un film d’Ava DuVernay». Elle a donc décliné l’offre.

Le film est donc sorti le 16 février 2018 et est devenu un événement culturel. Black Panther (La Panthère Noire), avec comme réalisateur (director) Ryan Coogler (ci-dessus) a fait 426 millions de dollars en quatre jours.

Au cours de son premier week-end, Black Panther a rapporté environ 218 millions de dollars. Le film a dépassé 400 millions de dollars aux États-Unis et a rapporté plus de 704 millions de dollars dans le monde entier.

Dommage, on est curieux de savoir à quoi aurait ressemblé Black Panther de la réalisatrice Ava Duvernay !

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


ImagesFilmFad/Pinterest/Comic book