« You Are Enough» : Des Femmes Caribéennes et Africaines dans les rues de Londres

Juillet – Août 2017.  Elles sont là,  immenses dans les rues de Londres.

Sur Channel 4 News,  l’artiste Dreph explique dans un court documentaire :  Quand je peins «  Je célèbre les femmes noires de cette communauté d’où je viens ».

«Je ne pense pas que leurs histoires sont assez partagées. Et je n’attends pas que l’on raconte notre histoire ».

«Je le fais moi-même. Je prends mes bidons, mon escalier, je trouve un mur et je fais mes peintures ».

D’un coup de pinceau, Dreph, l’artiste britannique-ghanéen reproduit des photos énormes et magnifiques de femmes noires dans les rues de Londres.

Neequaye Dreph Dsane, mieux connue sous le nom de Dreph, espère apporter une nouvelle visibilité à la femme noire, ses amies qui l’inspirent mais aussi celles qui, tous les jours traversent la ville de Londres pour leurs activités professionnelles ou familiales.

The « amazing women who are not given the visibility they deserve ».

Certaines des femmes sont,  des éducatrices , consultantes en santé, des mentors pour les jeunes, des activistes, des médecins,  des mères au foyer ou des travailleuses à domicile.

Peintes sur les bâtiments de Soho et dans divers endroits, les oeuvres murales de l’artiste de 43 ans font partie du projet « You Are Enough» (de Dreph), qui fait honneur à toutes les femmes noires :

« Ce sont des femmes ordinaires qui font des choses extraordinaires dans la communauté » résume l’artiste.

« You Are Enough» sur les murs londoniens.

Vidéo de l’artiste, publiée sur son compte Facebook .

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Channel 4News/TheGuardian/Dreph

 

Dominique : Le 1er Ministre en larmes et le Rapport sur l’état du Pays : Maria a balayé l’île du Sud-est au Nord-ouest

Ce lundi 18 septembre, Maria a balayé la Dominique du sud-est au nord-ouest faisant 15 morts , 20 disparus et des dommages en « milliards de dollars ».

Incapable de retenir les larmes, le Premier ministre de la Dominique, Roosevelt Skerrit, a parlé directement au public pour la première fois depuis que l’ouragan Maria a laissé son île en ruine.


Mais les autorités craignent que le bilan n’augmente car, selon les représentants du gouvrnement, il y a des zones qui ne sont toujours pas accessibles.
Hartley Henry, le conseiller principal du Premier ministre Roosevelt Skerrit, annonce qu’une grande partie des constructions l’île a été endommagée ou détruite par les vents soufflant à plus de 250 km/h.

« Le Pays est sans électricité, sans eau courante suite à l’état des conduites déracinées dans la plupart des communautés et les services de téléphonie fixe ou cellulaire sur l’île ne fonctionneront d’ici tôt », a écrit le conseiller principal du Premier ministre Hartley Henry dans un message après avoir parlé au Premier ministre Skerrit téléphone satellite.

« En résumé, l’île a été dévastée. Le parc immobilier a été considérablement endommagé ou détruit. Tous les bâtiments publics disponibles sont utilisés comme abris, avec des matériaux de toiture très restreints évidents. Le pays a besoin du soutien, de l’aide continue et des prières de tous ».

Les premières images aériennes de l’île à partir d’un vol de reconnaissance aérienne du Système régional de sécurité (RSS), montrent des bâtiments détruits, des arbres tombés, des constructions détruites, une infrastructure défoncée .

Le message de Hartley Henry, partagé sur la page Facebook Dominica Hurricane Maria Disaster Relief, a donné une idée de l’ampleur de la dévastation. (Ci-dessous la capitale Roseau)

« L’hôpital général général a subi des dégâts considérables. Les soins aux patients ont cessé. Beaucoup de bâtiments servant d’abris ont perdu des toits, ce qui signifie que l’aide est urgente urgent, en bâches et autres matériaux de toiture. Ceux qui parcourent les quartiers de la ville de Roseau signalent une destruction totale des maisons, des routes et des cultures » a ajouté Hartley Henry .

« Des hélicoptères sont nécessaires pour la distribution de nourriture, d’eau et des bâches dans les coins éloignés. L’aéroport de Canefield peut accueillir les atterrissages d’hélicoptères et on espère que le port principal de Roseau puisse accueillir les navires apportant des secours et d’autres formes d’assistance ».

Selon le conseiller du Premier ministre, le tarmac à l’aéroport de Douglas-Charles, anciennement connu sous le nom de Melville Hall Airport, n’est pas trop endommagé et la piste devrait être ouverte rapidement pour que les gros avions puissent atterrir.

L’Agence de gestion des situations de catastrophe des Caraïbes (CDEMA), basée à la Barbade, a préparé une expédition de 250 paquets familiaux de fournitures de secours, y compris l’eau et les produits alimentaires non périssables pour la Dominique avec l’appui de la Garde côtière de la Barbade.

Plusieurs dirigeants des Caraïbes ont promis de l’aide pour la Dominique, y compris le Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, bien que que les deux îles soient en reconstruction après le passage, il y a deux semaines du cyclone Irma de catégorie 5.

Le représentant de la CDEMA a signalé qu’un certain nombre de communautés côtières et internes autour de l’île étaient particulièrement préoccupantes, y compris la communauté de Kalinago à l’est de l’île où habitaient les populations autochtones, (mal logées) ainsi « qu’ un certain nombre de communautés le long de l’Est aussi bien que du Nord qui ont été touchées à la fois par le cyclone Maria et par les inondations dans cette même zone ».

A fundraising effort – DominiCARElief – organised by Dominica’s high commission in London is underway. More information can be found and donations can be made at www.dominicarelief.org.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images et sourceCaribbean and Central America Generally/BrokenNews

Wendy Ntinezo : L’Actrice est mannequin et présentatrice de Mode en Afrique

Wendy Ntinezo est une jeune entrepreneure dynamique.

Depuis un an, la présentatrice et actrice passionnée de divertissement est entrée dans le réseau très fermé de la Fashion Week.

La jeune sud africaine reconnaît s’intéresser à la mode depuis son école maternelle.

Wendy Ntinezo a aujourd’hui 24 ans.

Wendy a commencé dans le divertissement dès l’âge de 9 ans quand elle décroche sa première publicité commerciale pour la marque Coca-cola.

À 16 ans, Wendy rejoint SAMTA (South African Musical Theatre Academy) où elle joue entre autres des comédies musicales. Puis, l’adolescente a l’opportunité de se frotter au monde des Affaires du divertissement grâce à YBI (Youth Business Initiative).

Winnie Ntinezo, toujours férue de théâtre rentre à Helen O’grady Drama Academy et l’actrice a l’honneur de jouer sur scène Macbeth de Shakespeare.

Ensuite l’actrice africaine devient animatrice de théâtre à l’école secondaire Bopasenatla.

Et enfin, en 2016, Winnie Ntinezo s’introduit dans le cercle mondain de la Mode et de la Beauté. 

Depuis, la jeune femme a collaboré en ligne avec des marques tels Woolworths, Cottonon, Adidas, Levis, Dkny ouEstee Lauder.

Sur son compte Facebook,  Winnie Ntinezo la présentatrice de télévision explique comment elle choisit ses tenues  : « J’aime beaucoup jouer quand je m’habille et j’aime faire du shopping. J’adore les T-shirts simples et mes couleurs préférées ont toujours été le marron, le noirs et le gris».


« Je m’habille en fonction de mes émotions, je raconte mon histoire à travers les vêtements car la mode est une histoire tout simplement ! ».

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy   Images Instagram/Facebok  Winnie Ntinezo

Mode : A l’île de Ré, Maud Fourier personnalise des paniers et des accessoires. Un succès en France, aux USA et au Japon.

Maud Fourier habite sur l’île de Ré. La créatrice française a eu l’idée originale de personnaliser des accessoires qu’elle achète au Maroc.

Parmi les créateurs et les designers du Salon Who’s Next, un stand a particulièrement retenu mon attention. Les articles en osier au stand de Maud Fourier, nous laisseraient croire qu’il s’agit de création d’une artiste des Antilles ou d’Afrique subsaharienne.

Mais ce sont les œuvres de Maud Fourier. De ses ateliers basés à l’île de Ré, Maud passe ses commandes à une coopérative où sont fabriqués les paniers prendra soin de transformer.

Tous ces paniers en fibre sont réalisés par des femmes marocaines en situation de handicap.

Une fois réceptionnés, les paniers sont customisés et la créatrice les propose, doublés de tissu Wax, agrémentés de motifs sophistiqués, fun ou personnalisés.

Ces cabas comme elle les désigne, deviennent alors des objets pour faire ses courses, pour accessoiriser aux vêtements de sortie.

Maud Fourier chine, nous dit-elle. La créatrice récupère (toujours au Maroc), achète des couverture des tissus vintage (berbère), des vieux tapis kilim, qu’elle restaure ou qu’elle utilise pour doubler les cabas en osier.

Sa première collection, elle l’a réalisée il y a trois ans sous la marque « Maud Fourier », tout simplement s’en amuse-t-elle. Mais c’est en experte que la française s’est lancé dans la transformation d’objet, de sac et de pochettes.

Huit ans plutôt, Maud vendait ses sacs transformés sur son site Matmon Sac. Depuis, elle a créé son label et vend sans compter dans les plus grands Salons de Mode. Ses meilleures ventes, elle les réalise au Japon et aux Etats-Unis.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy