Jamaïque : A Son’s Story le nouveau documentaire sur la vie de Marcus Garvey

« Marcus a changé le Monde et j’aime raconter des histoires fortes même si ce n’est pas lucratif de faire des documentaires » confie le réalisateur de « A Son’s Story » dans le Jamaïca Observer.

marcus-garvey-1

« A Son’s Story », est le nouveau documentaire sur la vie de Marcus Garvey, le prophète du mouvement Rastafari, partisan du nationalisme noir, celui qui a inspiré la nation de l’Islam est mort en Angleterre il y a 87 ans.

Le tournage de A Son’Story se déroule en Jamaïque où est né Marcus Mosiah Garvey. Son fils le Docteur Julius Garvey collabore étroitement dans ce documentaire initié par le cinéaste Roy T. Anderson. Le film-documentaire de Roy T. Anderson et du Docteur Julius Garvey est estimé à 500 000 dollars américains. C’est le troisième long métrage du réalisateur.

marcus-gravey

Dans la Caraïbe française et anglaise, le nom de Marcus Mosiah Garvey est connu du mouvement Rastafari mais sa notoriété s’étend au delà des Antilles. Leader dans les années 1900 du Back to Africa, Marcus Garvey a tout au long de sa vie, dénoncé les conditions difficiles des noirs dans différents Pays. Aux États-Unis, tout en défiant le Ku Klux Klan (KKK), l’antillais a beaucoup œuvré pour la réhabilitation des Noirs qu’ils soient afro-américains ou africains. Ces positions ont toujours inquiété les Européens au moment où l’Afrique se parcellait géographiquement au profit des gouvernements occidentaux.

royt-jpg-amb

Marcus Garvey était un militant et politicien noir né en Jamaïque le 17 août 1887 d’une famille de 11 enfants. Son père était maçon et sa mère domestique et fermière. Autodidacte, le jeune Marcus Mosiah Garvey devient un érudit grâce à la « grande bibliothèque » de son père installé dans leur modeste maison à St’Anns Bay (côte Nord de l’île). Dès l’âge de 14 ans, le jeune Marcus devient imprimeur et se forme aux activités syndicales sitôt ses valises posées à Kingston, capitale de l’île.

Ses idées panafricaines sont naissantes. Marcus Garvey part en Amérique et milite pour la réinstallation des Noirs en Afrique. Accusé de fraude à la poste où il travaille, il est renvoyé chez lui en Jamaïque. Il voyage alors en Amérique centrale, là, il dénonce l’exploitation des travailleurs migrants puis c’est en Angleterre (Birkbeck Collège – Université de Londres) qu’il continue son activisme politique.

marcus-garvey-jpg-2

Marcus Garvey fils, a lancé plusieurs journaux pour défendre la cause noire comme le Negro World interdit dans plusieurs régions de la Caraïbe ou d’Afrique pour son ton subversif.

Le père du panafricanisme est mort à Hammersmith à Londres en 1940. En 1964, il est rapatrié sur son île, la Jamaïque. Pour lui rendre hommage, son buste est érigé dans le Hall of Heroes de l’Organisation des États américains à Washington. Au Ghana, la compagnie maritime du pays porte son nom, la Black Star Line.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
Photos « A Son’s Story »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s